AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mélancolie aux abords du lac... [ Komachi Onozuka ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Medicine Melancholy
Titre : Little Sweet Poison
Messages : 162
Âge : 21
Date d'inscription : 28/06/2012
MessageSujet: Mélancolie aux abords du lac... [ Komachi Onozuka ]   Mar 23 Juil 2013 - 21:34

Medicine, après cette épuisante journée à courir et voler dans tout les sens, ne désirait qu'une chose.

"Je veux rentrer..."

En effet, la poupée avait passer son temps à s’inquiéter pour son amie magicienne, qu'elle avait bien faillit tuer. Cela avait beau être un accident, ce dernier lui en avait fait voir de toute les couleurs. Et ce fût suffisant pour l'achever. Mentalement, tout du moins.

La petite poupée de porcelaine ne pensait donc plus qu'à sa colline, sa petite colline, et tout ses muguets. "On est toujours mieux chez soi..." Elle s'enfuit furtivement du village, passant de ruelles sombres en ruelles sombres, afin de ne pas se faire remarquer. Elle n'avait plus à se balader avec une moitié de cadavre accroché aux hanches, c'était ça de prit niveau discrétion.

Une fois sortie du village, n'ayant plus la force de s'envoler, elle dût continuer son petit bout de chemin à pieds. Titubant, ne faisant même plus attention où elle allait. Depuis peu, elle avait été sujette à de nombreuses réflexion quant à sa fonction de youkai, de sa relation avec les humains, de son pouvoir plus dévastateur qu'elle ne le voulait, en fin de compte... Prise par ses pensées, elle ne remarqua même pas que le soleil, doucement se couchait, et que l'air se faisait plus frais... La nuit commençait à tomber que Medicine fût au summum de la réflexion, perdant le sens de l'orientation à l'occasion.

" Je suis faite pour tuer ce qui me permet de vivre...? Si j'existe grâce aux humains... Et j'ai bien failli tuer un youkai qui m'était cher...Je ne veux pas...!

A cet instant précis, Medicine releva la tête, pour se rendre compte que le paysage qu'elle avait sous les yeux ne correspondait vraisemblablement pas à celui de ses désirs. En effet, l'eau remplaçait la colline, la brume remplaçait ses si belles fleurs...

- Où suis je encore tombée...

Et il commençait à faire noir...La dernière fois qu'elle avait été lâchée en pleine nature de nuit, elle avait bien cru qu'elle ne s'en sortirais pas...Que faire...

" A chaque fois que je me retrouve dehors en pleine nuit, c'est d'une manière ou d'une autre lié à Shizru ! Je retiens ! "

Medicine sourit à cette petite remarque plutôt justifiée, au fond, qu'elle venait de se faire à elle même. Puis elle se laissa doucement tomber au sol,au bord du lac,  sur ses petites articulations clinquantes, et soupira. Elle regarda son reflet dans l'eau. Elle y voyait une petite fille blonde aux grands yeux bleues, et, étrangement, plus sociale. Elle se sentait bien dans sa porcelaine, et ici aussi. L'air y était plus frais que dans la grande forêt youkai, les quelques arbres autour du lac était bien plus espacés, laissant passer quelques rayons de lune. Aussi, quelque lucioles volaient au dessus du lac, et leur lumières se mêlaient à leur propres reflets sur la surface de l'eau. Medicine regardait attentivement ce petit spectacles qui lui était offert, se sentait à l'aise dans cette nuit d'été. Comme quoi, il peut y avoir tout aussi joli que sa propre colline...

- Tu en as fait, un bout de chemin, pour arriver ici, hein ?

Que ce soit par relation ou par position, elle avait un peu bougé, non ?

_________________

In my beautiful garden...


Dernière édition par Medicine Melancholy le Dim 1 Sep 2013 - 17:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.youtube.com/user/PulchraCaede?feature=mhee
avatar
Komachi Onozuka
Titre : Guide of the Riverside Mist
Messages : 87
Âge : 20
Date d'inscription : 14/08/2012
MessageSujet: Re: Mélancolie aux abords du lac... [ Komachi Onozuka ]   Mar 6 Aoû 2013 - 22:33

La nuit venait tout juste de tomber sur le pays des illusions. La chaleur moite et étouffante de la journée laissait maintenant place à une fraîcheur plus qu'agréable, en particulier pour les youkais nocturnes. Le ciel était clair et dégagé, comme si le soleil avait laissé là la promesse de revenir le lendemain.

Komachi se sentait d'humeur mélancolique, ce soir-là. D'ordinaire, elle se serait installée dans sa barque et se serait laissée bercer par le chant de la Rivière Sanzu, mais la situation avait changé. Il lui était désormais impossible de prendre du bon temps là-bas ; les débris qui s'échouaient sur la berge, les âmes paniquées, la colère du ciel quand elle regardait vers les Enfers, à l'horizon... Le sempiternel sourire de la shinigami ne se ternissait que difficilement, et pourtant... Ce soir plus que jamais, elle avait besoin d'air. Oui, sortir et respirer un bon coup, c'est tout ce qu'il lui fallait.

Elle marchait sans trop savoir où aller. En partant elle était passée, comme tous les soirs, à la pointeuse. Il n'y avait personne dans les couloirs à cette heure-ci. Elle n'avait même pas ressenti l'envie d'aller embêter quelques minutes sa supérieure, chose qui était pourtant presque passée pour coutume chez elle. Elle voulait juste sortir de cette atmosphère pesante qu'elle ne savait pas tellement gérer. Alors elle avait marché, marché...

Sur la Route de l'Au-delà qui relie la Rivière à Muenzuka, les stands étaient toujours les mêmes. Yakitori, poissons rouges, glace pilée... Une personne normale aurait vu là des échoppes de festival d'été tout ce qu'il y a de plus banal. Enfants vêtus de yukatas, lanternes de papier colorées, et toutes ces odeurs qui flottaient dans l'air... Mais la shinigami savait bien que tout ceci n'était qu'une illusion. Elle pouvait aisément compter sur ses dix doigts le nombre de vivants capables d'atteindre cette route. Les boutiques lumineuses étaient tenues par les esprits de criminels, et les âmes des enfants s'étaient libérées le temps d'un instant de leur éternel limbo. Ce n'était là qu'un décor de carton pour soutenir l'économie bancale des Enfers, rien de plus.
Une échoppe attira tout de même son attention. Pleine de lampions colorés roses, oranges, verts, l'enseigne affichait fièrement « Bakuchiku ».

Qu'est-ce que c'est, déjà ?

Piquée par la curiosité, la shinigami s'approcha. Sur l'étal, des dizaines de petits feux d'artifices regroupés en paquets par des rubans rouges. Des chandelles se consumant doucement dans une nuée d'étincelles... Les gestes parlèrent d'eux-mêmes. Elle sortit une toute petite bourse abîmée, celle où elle rangeait l'argent des morts qu'elle faisait passer de l'autre côté de la Rivière. Quelques pièces et les brindilles lumineuses furent à elle. Pressée de partir, la shinigami emprunta alors la route vers Muenzuka.

En y repensant... Pourquoi est-ce que j'ai acheté ces trucs ? C'est pas comme si j'allais m'amuser à faire exploser des pétards toute seule...

Elle soupira. Combien de temps avait-elle marché ? Elle ne savait même plus où elle se trouvait, mais l'air était frais et caressait son visage. Elle finit par s'arrêter un instant, histoire de retrouver quelques repères. Un lac plutôt vaste et toujours drapé de brume, un manoir imposant de l'autre côté de la berge... Pour y être passée une fois, l'endroit ne lui était pas inconnu. Son regard fut attiré par quelques lucioles qui s'étaient regroupées en un même endroit. C'était calme... La shinigami s'imagina alors s'allonger sur l'herbe encore humide, les bras croisés derrière la tête, sa chevelure alizarine comme seule tâche colorée dans cette pénombre estivale, et penser, penser jusqu'à se vider l'esprit. Ça, elle savait plutôt bien le faire.

En s'approchant, elle remarqua une présence ; une petite fille aux boucles dorées et au teint de lait, suivant avec attention la danse gracile des lucioles et de leurs reflets. Elle hésita un instant à s'avancer. Qu'est-ce qu'une enfant comme elle pouvait bien faire à rêvasser ainsi, à l'heure où les plus jeunes youkais préféraient profiter de la nuit pour effrayer les humains ? La shinigami chassa ces interrogations avec nonchalance. Peut-être avait-elle juste envie de prendre l'air elle aussi. Sans faire de bruit, elle rejoint la petite youkai, sa grande faux toujours à l'épaule.

Komachi jeta un coup coup d'oeil furtif vers elle. Sa frimousse lui était familière, mais jamais elle ne réussirait à y coller un nom. Elle rencontrait tellement de personnes, de toute façon... Les grands yeux bleus qui ornaient le joli visage opalin scrutaient le lac, comme hypnotisés un instant. Alors, la shinigami les suivit pour pleinement admirer le spectacle.

"C'est chouette, hein ?"


Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://furuishika.tumblr.com/
avatar
Medicine Melancholy
Titre : Little Sweet Poison
Messages : 162
Âge : 21
Date d'inscription : 28/06/2012
MessageSujet: Re: Mélancolie aux abords du lac... [ Komachi Onozuka ]   Lun 12 Aoû 2013 - 15:21

Medicine regardait toujours et encore ce spectacle, émerveillée, au final, par ce que la nature pouvait donner. Il n'y a pas que du poison à faire, en fin de compte...
Plus elle pensait à ce genre de petite chose anodine mais merveilleuse, plus la poupée voulait les partager avec quelqu'un... Cette envie était légitime, passer sa vie sur une colline à souhaiter la mort de ceux qui vous permettent de vivre, ce n'était pas la meilleure des expérience à vivre, quand on sait que des lucioles au dessus d'un simple lac peuvent être aussi jolies...

" La solitude....Ça ne m'as pas aidé à avancer..."

Elle se rappelait alors l'accueil qu'elle avait pu faire aux humains et autres youkais désagréables qu'elle avait pu rencontrer, et contre lesquels elle s'était battue... Était-ce vraiment nécessaire, en fin de compte ?  

"C'est chouette, hein ?"

La petite poupée, qui était alors pensive, et à moitié absorbée par le spectacle qui lui était offert, ne put que sursauter. Elle s'était cru seule durant ces derniers instant, et, se rappelant que la nuit, tout est bien plus dangereux, de ce qu'elle avait pu expérimenter, elle se leva et recula d'un geste, regardant avec méfiance cette autre personne qui était là depuis...Depuis combien de temps...?

-...Oui...C'est plutôt joli...

Medicine ne pu dire mot de plus. La personne en face d'elle, humaine ou pas, qu'importe, était plutôt imposante. Elle était dressée sur des chaussures très hautes, et sa robe renforçait cet effet, ample. Et cette arme...Quelque soit cette arme, elle n'était surement pas là pour rien.

Puis, après un effort surhumain, elle arriva à articuler ces mots, malgré sa peur :

- Toi aussi....Tu es perdue...?

Peut être qu'elle aussi, elle avait perdue son chemin après une dure journée, ou quelque chose comme ça... La poupée ne savait vraiment pas quoi dire, cette faux lui mettait la pression, et elle regardait plus l'arme que la personne a qui elle s'adressait, en vérité...

Medicine voulait vraiment faire un effort, elle voulait réellement se sociabiliser, mais elle n'était pas à son avantage dans cette situation...

" Comment faire...Elle me fait peur, d'un coté..."

Spoiler:
 

_________________

In my beautiful garden...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.youtube.com/user/PulchraCaede?feature=mhee
avatar
Komachi Onozuka
Titre : Guide of the Riverside Mist
Messages : 87
Âge : 20
Date d'inscription : 14/08/2012
MessageSujet: Re: Mélancolie aux abords du lac... [ Komachi Onozuka ]   Lun 19 Aoû 2013 - 13:46

Un malaise s'était installé en l'espace de quelques secondes. Surprise, la petite youkai s'était éloignée de la shinigami et peinait à lui répondre.

"Toi aussi....Tu es perdue...?"

Perdue ? Plus ou moins... Komachi savait à peu près où elle se trouvait, et il lui aurait été facile de retrouver le chemin pour rentrer, pas comme lors de son excursion dans la Grande forêt youkai la dernière fois. Mais elle n'en avait juste pas l'envie.

"Hmmm... Pas vraiment ? Je voulais juste sortir un peu, en fait."

Un sourire orna son visage. Ce n'était pas son sourire habituel à vrai dire, il était beaucoup plus simple, moins naturel. Elle s'efforça de le rendre le plus chaleureux possible, histoire de ramener une meilleure ambiance et de rassurer son interlocutrice sur ses intentions, mais c'était compliqué. Elle n'avait pas trop l'habitude des plus jeunes... des enfants vivants, en tout cas. Malgré le peu de souvenirs qu'elle avait, elle se rappelait de la première fois qu'elle les avait croisées... Ces âmes d'enfants coincées du mauvais côté de la Rivière. Son rôle n'avait jamais été de s'occuper d'eux, mais au fil du temps, elle avait appris à les côtoyer et à se conduire en "grande soeur" lorsqu'il le fallait. Peu lui importait les rumeurs, les messes basses à son sujet et les remontrances, ces bouts de chou étaient à la fois une petite lumière mais également une grande source de mélancolie dans le coeur de la shinigami ; parce qu'avant d'être des enfants, ils étaient bels et bien des âmes qui ne pourraient jamais passer de l'autre côté, des "poids morts" pour les Enfers. Ils prenaient de la place là où d'autres âmes en attendaient. Et cette façon de raisonner insupportait Komachi et lui faisait ressentir une grande impuissance. Dure réalité.

La fillette aux boucles d'or regardait avec insistance la shinigami. Ou plutôt... Oui, elle regardait l'énorme faux que cette dernière portait à l'épaule. L'imposante lame au tranchant parfait -qui contrastait cependant avec le piteux état du manche en bois- semblait l'impressionner plus qu'autre chose. Réaction tout à fait naturelle, cela dit...

"Ce sera peut-être un peu difficile, mais essaie de ne pas trop prêter attention à ça, ok ? Je ne suis pas de ceux qui s'en servent quotidiennement -pas dans l'usage prévu, en tout cas..."

Non, c'était définitivement nul. Pour les vivants, c'était impossible d'ignorer ce genre d'objet. Pour n'importe qui d'ailleurs. Comment ne pas avoir peur de quelqu'un qui surgit de nul part avec une faux, quand on sait que cette même personne pourrait bien être celle qui viendra prendre votre vie une fois celle-ci terminée ? Même un fou ressentirait cette peur... La peur de la mort qui vient vous chercher.
Mais là, la mort n'avait qu'une envie : passer du bon temps pour se libérer l'esprit.

C'est lorsque son regard se posa à nouveau sur la douce lumière des lucioles qu'une idée lui vint à l'esprit.

"Tu aimes les feux d'artifice ?"

La shinigami sortit les pétards qu'elle s'était procurée une heure auparavant. Les enfants sont curieux par nature, alors peut-être qu'elle pourrait rassurer la jeune youkai grâce à cela ? Elle les agita dans sa main, un large sourire sur le visage. Celui-là, par contre, était naturel, bienveillant, chaleureux. Le sourire d'une "grande soeur".

"Au fait... Comment tu t'appelles ?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://furuishika.tumblr.com/
avatar
Medicine Melancholy
Titre : Little Sweet Poison
Messages : 162
Âge : 21
Date d'inscription : 28/06/2012
MessageSujet: Re: Mélancolie aux abords du lac... [ Komachi Onozuka ]   Jeu 29 Aoû 2013 - 13:30

"- Ce sera peut-être un peu difficile, mais essaie de ne pas trop prêter attention à ça, ok ? Je ne suis pas de ceux qui s'en servent quotidiennement -pas dans l'usage prévu, en tout cas...

Ah...Elle avait remarqué. Ce n'était pas bien compliqué, d'un coté, de remarqué que la poupée était obnubilée par l'arme de son interlocutrice. Peut être que d'autre nombreuse personne ont des armes encore plus impressionnantes, de par le monde ? Cela avait beau être effrayant, Medicine était intriguée.

"Il faudrait vraiment que j'envisages de sortir plus souvent..."

Medicine devait vraiment s'informer un peu plus sur ce monde qui l'entoure, car, en y réfléchissant bien, elle ne lui connaissait rien du tout. Elle savait faire ce qu'il fallait pour tuer. Elle savait avec quoi. Mais ce n'est pas ce qu'elle voulait, elle s'en était bien rendue compte. Elle voulait voir des gens, des paysages, découvrir, se lier d'amitié, peut être ? Ne plus se sentir si seule... Elle devait arrêter de se méfier, d'avoir peur, de haïr aussi.... Ce sera dur, très dur, mais elle voulait en apprendre plus. Elle qui ne savait rien... Cette fille n'avait pas l'air d'être là pour se battre, alors pourquoi se méfier autant...?

Tout simplement parce qu'un champs de muguet n'est pas fait pour découvrir le monde, mais pour y rester. Parce qu'un champs de muguet, c'est bien la seule chose qu'elle connait. Parce qu'un champs de muguet, c'est la seule chose dont elle ne se méfies pas aux premiers abords. Voilà. C'est tout.
C'était à Medicine de faire des efforts pour comprendre ce qui l'entourait.
Elle allait donc faire un effort, et ne pas prendre en compte cette arme imposante.

- Je vais essayer...

Elle lui adressa un sourire, un peu plus confiant que son petit minois assez angoissé de tout à l'heure.

- Tu aimes les feux d'artifice ?

Qu'est ce que c'était que ça ? Encore une invention dont elle n'avait jamais entendu parler... Comme d'habitude.... Il fallait vraiment qu'elle y remédie au plus vite.
Elle regarda la main de la jeune fille, et son contenu. C'était ça ? A quoi ça servait ?

- Au fait... Comment tu t'appelles ?

Elle regarda alors le visage de son interlocutrice, pour y voir un sourire bien différents des précédents. Plus agréable encore.

- Je m'appelle...Medicine Melancholy.

Elle lui rendit son sourire, tout aussi agréable. Un des vrais sourires de la poupée.

-... Dit, c'est quoi un artifice ?

A bas les bonnes manières, la curiosité l'emporte pour ce round.

_________________

In my beautiful garden...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.youtube.com/user/PulchraCaede?feature=mhee
avatar
Komachi Onozuka
Titre : Guide of the Riverside Mist
Messages : 87
Âge : 20
Date d'inscription : 14/08/2012
MessageSujet: Re: Mélancolie aux abords du lac... [ Komachi Onozuka ]   Mer 30 Oct 2013 - 20:59

La petite fille semblait s'être un peu détendue. Même dans la nuit sombre qui bordait les rives du Lac Brûmeux, son joli visage opalin et souriant rayonnait.
Medicine Melancholy... C'était un nom empli de tristesse et de nostalgie. Qu'est-ce qui avait bien pu lui arriver pour qu'on lui donne un nom pareil ?

"... Dit, c'est quoi un artifice ?"

Sa petite expression craintive avait complètement disparu, pour laisser place à une curiosité enfantine vraiment attendrissante.

"Je vais te montrer. Ce sera plus intéressant qu'un long discours."

Les pétards toujours en main, Komachi sortit de la poche cachée dans sa ceinture un petit briquet gris. C'était peut-être là la seule chose sur laquelle elle était vraiment prévoyante. Une bourse abîmée, et surtout ce briquet, souvenir de la période où elle avait en vain tenté de fumer la pipe traditionnelle -comme certains de ses collègues. Les premières tirées lui avaient brûlé la gorge, et malgré les senteurs parfumées elle avait fini par ranger son kiseru au fond d'un tiroir. Il lui arrivait de temps en temps de le reprendre pour tenter à nouveau l'expérience, sans succès. Les choses ne changeaient pas pour elle, alors à quoi bon ? Et puis sa supérieure n'avait jamais réellement approuvé un tel passe-temps.

Du bout du pouce, elle exerça une légère pression sur la roulette du briquet. En vain.

La shinigami soupira, se tournant de temps à autres vers Medicine avec un petit sourire gêné. Il lui fallut plusieurs essais infructueux avant d'obtenir la flammèche tant espérée, qui jaillit du briquet dans un craquement plaintif. Elle se retint de pousser un soupir de soulagement, et laissa un sourire satisfait se dessiner sur son visage. La lueur qui scintillait au bout de ses doigts était faible mais elle s'en contenterait.

Bien ! Maintenant, plus qu'à allumer...

Elle prit au hasard un de ces minis feux d'artifice et en alluma l'extrémité avec la pauvre petite flamme qu'elle avait obtenue. Le spectacle lumineux pouvait commencer. Komachi se rapprocha alors un peu de Medicine, doucement, sans l'effrayer.

"Regarde."

L'effet produit n'avait rien à envier au ballet des lucioles sur le Lac. L'extrémité du feu d'artifice rougit en quelques instants et commença à produire des étincelles vertes. Timidement d'abord, puis avec une assurance et une rapidité déconcertante, les petites particules de lumière grandissaient et brillaient de plus en plus fort, éclairant le sol d'une douce lueur verte dans la nuit.
La shinigami sentait son regard étinceler devant ce minuscule concert lumineux, et son coeur se soulager de tous les poids qu'elle avait pu ressentir durant la journée. Comme si plus rien autour ne comptait.

Dévorant petit à petit la fragile brindille de bois, les étincelles commençaient doucement à disparaître. Le spectacle éphémère allait se terminer très bientôt ; c'était le moment aux artistes de se retirer. Elles disparaissaient tour à tour, une par une, jusqu'à ce que seule une faible lueur subsiste, s'accrochant désespérément comme un animal blessé... avant de s'en aller elle aussi.

Les doigts de Komachi s'étaient réchauffés. Et quand elle vit le bout de la brindille plier sous la chaleur et tomber noirci au sol, parmi les courtes herbes, elle sentit la réalité la rattraper durement. C'était comme si, peu importe où elle se trouvait, la mort finirait par lui rappeler que rien ne changeait.

Mais les feux d'artifice étaient encore là. Elle en avait d'autres, alors rien n'était perdu. Elle se tourna vers Medicine, en lui tendant les brindilles et la boite d'allumettes.

"Tu veux essayer ?"

_________________


Dernière édition par Komachi Onozuka le Mar 4 Mar 2014 - 23:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://furuishika.tumblr.com/
avatar
Medicine Melancholy
Titre : Little Sweet Poison
Messages : 162
Âge : 21
Date d'inscription : 28/06/2012
MessageSujet: Re: Mélancolie aux abords du lac... [ Komachi Onozuka ]   Lun 11 Nov 2013 - 12:55

La petite poupée fut donc attentive, comme il lui était demandé. Elle était vraiment absorbée par les actes de cette fille aux cheveux cramoisi. Même ses tentatives infructueuses pour mettre le feu à ses petits bâtons de bois était intéressantes. En effet, Medicine ne sortait pas vraiment, et n'avait donc jamais vu de feu, ou de choses s'en rapprochant. Elle se retint de mettre la main dessus, ne sachant pas réellement à quoi elle avait à faire. Ça avait l'air dangereux, malgré le peu d'énergie avec laquelle ça vacillait...

"Regarde."

La petite jeta alors un oeil à ce qu'elle faisait. Elle était même trop intriguée pour lui demander son nom. Elle le ferait plus tard...
Les étincelles vertes lui rappelait les danmakus de ses adversaires : nombreux, rapides, en très grandes quantité, dans toute les directions... Mais regarder cela, c'était bien plus agréable.
Ses grands yeux bleus, exprimant habituellement une grande tristesse, une profonde mélancolie, ses yeux bleus qui ne savaient que se rire du malheur de ses victimes, ses même yeux bleus, ils s'ouvraient grands, laissaient transparaître un terrible intérêt, une curiosité sans pareille pour un simple objet, qui ne faisait que pétiller, briller, et qui consommait quelques minutes de vie, pour finir par s'éteindre, et laisser ces deux figures dans ce noir dans lequel elles s'étaient rencontrées.

La poupée de porcelaine vu extrêmement déçue : la spectacle était déjà fini. Le public en voulait encore, Medicine ne se lassait pas. Depuis qu'elle avait accepté la présence d'autrui sur sa Colline, elle avait beaucoup appris, beaucoup vu, et beaucoup ressenti. C'était nouveau pour elle, et la nouveauté, à défaut d'effrayer, intrigue, aussi.  Medicine ne cessait de faire des efforts, et s'en trouvait récompensée.

"Tu veux essayer ?"

La petite ne put contenir sa joie. C'était plus qu'un honneur pour elle !

" Oui, bien sûr ! "

Elle voulait vraiment tenir l'artifice, le sentir pétiller entre ses doigts, le voir se consumer, pour finir par tomber en cendre dans ses mains...

_________________

In my beautiful garden...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.youtube.com/user/PulchraCaede?feature=mhee
avatar
Komachi Onozuka
Titre : Guide of the Riverside Mist
Messages : 87
Âge : 20
Date d'inscription : 14/08/2012
MessageSujet: Re: Mélancolie aux abords du lac... [ Komachi Onozuka ]   Sam 22 Fév 2014 - 23:29

Les prunelles de la petite fille s'illuminèrent d'un éclat encore plus brillant que celui des modestes feux d'artifice. Elles reflétaient un mélange de joie et d'impatience qui décorait son beau visage enfantin, et la shinigami ne put s'empêcher d'être attendrie devant cette adorable démonstration de vie.

Quand la petite poupée répondit par l'affirmative à sa proposition, un large sourire orna le visage de Komachi. Elle se rapprocha doucement et lui tendit alors un des petits bâtonnets, ainsi que le briquet usé qui avait, décidément, plutôt mal vieilli.

"Regarde. Il te suffit d'appuyer là-dessus et..."

Elle s'empressa de joindre le geste à la parole ; une flammèche s'échappa du briquet dans un bref soupir, éclairant le temps d'une seconde ces deux ombres d'une lueur autre que celle des lucioles. Elle confia le reste à la petite youkai, l'observant tout de même d'un œil attentif.

"A toi, maintenant !"

L'endroit l'apaisait. La mélancolie qu'elle avait pu ressentir en arrivant semblait s'évanouir dans l'obscurité, emportée par le calme des rives du Lac Brûmeux. Agenouillée depuis tout ce temps, la jeune femme se laissa lâchement tomber dans l'herbe fraîche qui l'entourait et passa les bras derrière sa tête. De là où elle se trouvait, elle avait tout loisir à admirer la valse silencieuse des étoiles dans la nuit.

Elle tourna à nouveau la tête vers Medicine. La petite fille n'avait pas encore touché au briquet... Pourtant, elle semblait impatiente de s'y essayer. En observant les traits de son visage avec un peu plus d'attention, des bribes de mémoire lui revenaient. Elle était certaine d'avoir déjà rencontré la fillette, oui, mais où ? Elle repensa aux quelques fois où elle avait pu se joindre aux banquets que la prêtresse en rouge et blanc avait organisés. Etait-ce à un de ces moments-là ? Non... Cette histoire d'incident et de barrières brisées lui enveloppait toujours l'esprit d'un voile aussi épais que la brume du lac, mais en forçant un peu...

"Aaaah, mais oui !"

La shinigami se redressa d'un seul coup, comme prise d'un éclair de lucidité. Plus rien d'autre ne comptait en cet instant. Elle claqua fièrement des doigts.

"La petite fille de l'incident des fleurs !"

Elle se félicita intérieurement, mais quelques instants après, le calme revenu la ramena les pieds sur terre. Elle lança à Medicine un regard un peu gêné, espérant de toutes ses forces ne pas l'avoir trop effrayée...

"Euh... C'était bien toi, n'est-ce pas ?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://furuishika.tumblr.com/
avatar
Medicine Melancholy
Titre : Little Sweet Poison
Messages : 162
Âge : 21
Date d'inscription : 28/06/2012
MessageSujet: Re: Mélancolie aux abords du lac... [ Komachi Onozuka ]   Ven 28 Fév 2014 - 14:36

La flamme que la jeune (?) fille alluma en guise de démonstration illumina son visage et ses grands yeux bleus, qui éprouvèrent alors un grand intérêt. Cette petite chose, (une flamme, c'est ça ?) qui s'agitait dans la nuit... Elle n'en avait pas l'habitude. Elle se retenait de mettre le doigt dedans, mais, la chaleur qui s'en échappait ne présageait rien de bon. Aussi gardait-elle une certaine distance, jusqu'à ce que la dame à la faux relâche la pression sur le briquet.

- A toi, maintenant !

Elle avait donc le bâtonnet et le briquet entre ses doigts fragiles. Puis elle se rendit compte de son erreur : comment les lui rendre après ? Elle tenta de rester calme. Calme. Elle les avait touchés. Trop tard. Donc autant lui expliquer ? Ne pas lui rendre ? Lui voler ?
Elle l'aimait bien, pourtant, elle ne voulait pas lui faire l'affront de lui voler quelque chose. Il avait l'air assez vieux, en plus...Abîmé ...Il devait avoir une valeur sentimentale. Impossible de ne pas lui rendre. Elle n'aurait qu'à lui dire qu'elle est potentiellement mortelle, et qu'elle devra le nettoyer ?
Ça sonnait plutôt bien comme solution.
Mais pour le nettoyer, il fallait le toucher, et là, ça n'était pas possible non plus.
Que faire.
Medicine était fatiguée de blesser les autres sans raison. Elle aurait aimé être autre chose. Un Youkai ordinaire n'aurait pas été plus mal que cela. Mais il fallait qu'elle tue et blesse. Elle avait été faite pour ça... Elle ne voulait pas blesser cette fille qui n'avait rien demandé...

"En plus je sens son regard sur moi...."

- Aaaah, mais oui !

Medicine se retourna, pour regarder son interlocutrice se relever, et reprendre sa taille imposante, due à ses grandes chaussures et à sa robe. Impressionnante.
De quoi parlait-elle ?

- La petite fille de l'incident des fleurs !

Medicine ne sut quoi répondre.
Quel accident ? Quelles fleurs ? D'autre que sur sa colline ? Elle ne put que laisser transparaître sur son visage fragile une expression de totale incompréhension. Elle plissa les yeux. De quoi parlait-elle ?

- Euh... C'était bien toi, n'est-ce pas ?

Elle tenta de se remémorer les événements...Mais, Shizru lui avait parlé d'un accident, et d'une perte de mémoire générale....Elle n'arrivait pas à se souvenir de quoi que ce soit...

- Je...Je ne me souviens pas... On s'est déjà rencontré ?

La poupée avait beau essayer...

-...Tu es qui...?

Maintenant qu'elle y pensait, elle ne savait pas même qui était son interlocutrice... Peut être que cela l'aiderait à se rappeler de cet incident à fleurs... Sauf si elle n'y était pas. A moins que...

"Personne ne te rejoindra si tu ne cherches pas à comprendre les autres. Ton coeur est identique à ceux des humains qui s'isolent."

Cette phrase, qui lui passait de temps en temps par la tête, cette phrase que quelqu'un lui avait dit, un jour, c'était peut être lié...?

_________________

In my beautiful garden...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.youtube.com/user/PulchraCaede?feature=mhee
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Mélancolie aux abords du lac... [ Komachi Onozuka ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mélancolie aux abords du lac... [ Komachi Onozuka ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Aux abords des bois
» Aux abords de la Tamise.
» Aux Abords de Dol Guldur
» Quartier Résidentiel - Abords de la Cité Interdite
» Aux abords de la mine (Adriel -Darkame)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques de Gensokyo :: Gensokyo :: » Scarlet Devil Mansion. :: Lac Brûmeux-