AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Suivre la fumée des bambous? [ Fujiwara no Mokou ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Minamitsu Murasa
Titre : Perdition of the Ghostly Ocean
Messages : 48
Date d'inscription : 05/04/2013
MessageSujet: Suivre la fumée des bambous? [ Fujiwara no Mokou ]   Jeu 30 Mai 2013 - 20:52

Une capitaine n'a généralement pas le pied terrien, et se sent plutôt mal à l'aise dans un environnement trop luxuriant.. C'était le cas de Minamitsu, qui progressait lentement et péniblement dans la Forêt de Bambous des Disparus.
Elle avançait en serrant fort dans ses mains son hishaku, trébuchant sur des racines, se cognant partout, décidément peu habituée aux forêts, maudissant ces longues herbes dans son esprit.
Il faut dire qu'elle n'était pas venue de son plein gré. La moine l'avait envoyée à Eientei pour aller acheter des médicaments en vitesse, bien qu'elle n'avait pas bien saisi ce besoin si urgent... Mais bon, les ordres sont les ordres, s'était-elle dit. Elle avait navigué sans souci jusqu'au village des Humains, puis s'était vue obligée de faire le reste du voyage à pied devant l'absence totale d'eau menant à Eientei depuis l'extérieur.

Et maintenant, elle se sentait un peu bizarre, entourée de cette atmosphère humide et oppressante. Elle leva la tête et vit que la lune commençait à se lever.. La funayuurei était loin de se sentir à son avantage ici, et craignait un peu une mauvaise rencontre. Elle se surprit à frissonner.

"Allez, tu ne vas pas t'arrêter comme ça! On compte sur toi au temple après tout. Ce ne sont pas quelques bambous qui vont t'effrayer..."

Elle se remit en marche, serrant un peu plus fort sa louche, et retrouva sa détermination. Minamitsu était loin de savoir où était Eientei; en fait elle ne s'avait même pas si elle en était loin ou proche. Mais peu importe, elle savait qu'elle ne pouvait pas se perdre. Elle s'était déjà perdue elle-même, aussi ce n'étaient pas quelques plantes qui allaient la retenir trop longtemps. Portée par ses jambes, elle prit le large dans son esprit et vogua au gré de ses pensées.

Soudainement, quelque chose changea dans l'air.

Elle refixa ses pupilles sur ce monde, et tourna la tête. Quelque chose n'allait pas ici. Il y avait une drôle d'odeur, une odeur qu'elle ne connaissait pas, un peu âcre et qui prenait à la gorge. La capitaine huma l'air. Elle se sentait étrangement observée tout d'un coup.

La fantôme se mit en position d'attaque, faisant cliqueter les maillons d'une chaîne invisible, prête à faire apparaître une ancre. Elle dit d'une forte forte et claire :

"Qui va là?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://purple-scales.tumblr.com/
avatar
Fujiwara no Mokou
Titre : The Crimson Watchguard
Messages : 26
Date d'inscription : 21/05/2013
MessageSujet: Re: Suivre la fumée des bambous? [ Fujiwara no Mokou ]   Dim 2 Juin 2013 - 11:37

Le vent bougea dans les feuillages.

Une forme apparut à quelques mètres de Minamitsu, pâle et indistincte au milieu des bambous. Dans la pénombre de la fin du jour, une cigarette brillait à sa bouche d'une lueur de braise. En dégradé de blanc et rouge, elle aurait dû contraster avec les tons de verts et de bruns de la forêt, mais elle y semblait parfaitement à sa place. C'était une jeune femme albinos d'un âge indéterminable.
Elle était vêtue d'un pantalon cramoisi retenu par deux bretelles et d'une chemise blanche aux manches roussies. La clope au bec, elle avait l'air quelque peu désabusée – comme si la situation présente ne pouvait l'atteindre que de loin, de très loin ; et elle regardait Minamitsu sans la voir. L'agressivité nette dans la position de la fantôme, ses chaînes et la perspective d'une attaque ne semblaient pas l'atteindre.

Elle était sans doute l'origine de l'odeur étrange qu'avait perçu la fantôme des mers – un mélange de tabac et de sauce pour brochettes, relevée d'un soupçon d'étrangeté. Elle était grande et assez maigre, et la peau recouverte de bleus, comme si elle s'était retrouvée sous le feu des spellcards à peine quelques heures auparavant.
Elle fit un pas ou deux dans la direction de la capitaine et tira une longue bouffée de sa cigarette.

« Eientei », dit-elle, « c'est par là. » Elle étendit le bras dans une direction que rien ne différenciait des autres, et se mit à marcher. Le vent souffla à nouveau entre les bambous, mais la jeune femme ne disparut pas, avançant à pas tranquille sur le chemin qu'elle venait de désigner.

Elle s'appelait Fujiwara no Mokou, bien qu'elle ne comptasse pas se présenter, et elle avait repéré la petite fantôme à la louche quelques minutes auparavant. L'immortalité lui avait inculqué un plan mental de la forêt des plus précis, et elle se demandait bien comme la funayuurei avait pu se retrouver là. Enfin, on n'appelait pas cet endroit la « Forêt des Égarés » pour rien, n'est-ce pas ? Certains parlaient même de la « Forêt des Disparus », mais Mokou était encore là et ne voyait donc pas pourquoi.

Les jours précédents avaient été particulièrement mornes et fades. Elle s'était battue contre des yôkai sans importance le matin même, mais même cela n'avait pu la distraire. Eientei lui semblait une bonne idée : celle-là s'y trouverait sûrement, et la tuer ne pourrait que lui faire du bien au moral. Elle n'allait pas du tout à Eientei pour accompagner la petite fantôme en habit de marin, et elle ne la trouvait pas du tout mignonne dans son vêtement bleu, d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Minamitsu Murasa
Titre : Perdition of the Ghostly Ocean
Messages : 48
Date d'inscription : 05/04/2013
MessageSujet: Re: Suivre la fumée des bambous? [ Fujiwara no Mokou ]   Dim 2 Juin 2013 - 19:07

Un bambou venait de prendre vie sous ses yeux.

Minamitsu en lâcha sa chaîne invisible, fixant de ses grands yeux bleus presque scintillants dans la pénombre la personne qui venait d'apparaître devant elle.
C'était une jeune femme monochrome, qui se démarquait dans cet environnement et pourtant semblait y appartenir, telle une extension de la forêt. Elle avait à la bouche un bâton de feu qui se consumait et qui exhalait une odeur très désagréable; exactement celle qui l'avait fait se retourner.
Elle fut surprise de ne pas l'avoir déjà remarqué, et se demanda comment une personne aussi atypique put lui échapper. Cette dernière devant elle, et leva le bras.

"Eientei, c'est par là.", dit-elle nonchalamment.

Eientei... Elle comptait donc la conduire là-bas? Mais comment diable savait-elle sa destination?
L'étrange personnage avança ensuite paisiblement, comme suivant un chemin déjà emprunté mille fois. La fantôme quitta son attitude agressive, perturbée. Puis son calme serein reprit le dessus, et elle décida de la suivre.

La noyée observa attentivement les vêtements et l'attitude de son guide. Elle portait un pantalon, quelque chose qu'elle n'avait pas vu depuis un très long moment; mais ce qui l'étonna le plus fut l'aisance de ses mouvements. Complètement dans son milieu, elle bougeait comme un automate, connaissant à l'avance le moindre obstacle devant elle. Combien de temps avait-elle déjà vécu ici? Tant d'interrogations... Et une encore plus importante, qu'était-elle? Elle ne sentait ni yokai, ni esprit en elle. Elle semblait être une humaine tout ce qu'il y a de plus banal, et pourtant elle exhalait une telle puissance, un tel sentiment d'intemporalité.. Intemporelle, c'était comme ça que la capitaine la qualifierait. Un peu comme la moine. Oui, la jeune femme albinos lui rappelait sa moine.

Elles avancèrent quelques minutes, très silencieusement. Elle ne semblait guère bavarde; mais cela ne gênait pas Minamitsu, qui au-delà de sa curiosité pour cette intrigante humaine, n'était pas venue pour faire la causette. Elle était venue pour acheter des médicaments, un point c'est tout.

Cependant elle prit la parole, toutefois en s'attendant à ne trouver aucune réponse, au moins pour se présenter et la remercier; par simple question de politesse.

"Excusez ma réaction quelque peu agressive plus tôt; je dois avouer que vous m'avez eue par surprise... Quelle discrétion, et quelle agilité. Je ne suis pas habituée aux forêts, comme mon uniforme peut le suggérer, aussi je vous remercie grandement de me guider malgré cela. Je me nomme Minamitsu Murasa. Ravie de vous rencontrer."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://purple-scales.tumblr.com/
avatar
Fujiwara no Mokou
Titre : The Crimson Watchguard
Messages : 26
Date d'inscription : 21/05/2013
MessageSujet: Re: Suivre la fumée des bambous? [ Fujiwara no Mokou ]   Mer 5 Juin 2013 - 22:58

Une brise légère se leva dans la musique discrète du bruissement des feuilles et du cliquetis des troncs. Un instant, seul le silence répondit aux questions de la fantôme. L'inconnue continua d’avancer sur quelques pas, puis, comme si elle se décidait finalement, elle ralentit explicitement pour se mettre au même niveau que son interlocutrice. De près, son visage dévoilait toute sa maigreur et les traces d'un récent combat que de nombreux bleus avaient déjà laissés deviner. Un peu de sang séché traînait encore aux commissures de ses lèvres et son poignet droit se pliait de manière peu correcte du point de vue de l'anatomie. Ses yeux étaient cernés ; tout en elle respirait la fatigue et le tabac froid.

Elle ne tenait pas particulièrement à bavarder, mais voici ce qui l'avait décidée.
Malgré son amour de la solitude, elle continuait pourtant à guider les Égarés vers Eientei ou le Village – une contradiction qu'elle n'avait pas encore résolue, mais qu'elle acceptait. Et quelque chose, dans cette obstination polie à se présenter et à entamer la discussion, lui rappelait des manières d'un temps aujourd'hui révolu, une étiquette il y a longtemps apprise et respectée...
Tout lui semblait soudainement étrange. Des souvenirs troubles et confus lui revenaient – de grandes lumières dans le ciel, de cris d'effroi, de grand bouleversement. De non-retour. De catastrophe. A un moment, elle avait voulu en parler à Keine, mais elle n'avait pas eu l'occasion de la croiser. Ou plutôt, en chemin, elle avait arrêté d'y penser. Comme ça, tout simplement. Peut-être que cette fantôme savait quelque chose ? Elle avait l'air de voyager loin – qu'est-ce que c'était que cette tenue, vraiment ? Certes, c'était mignon, mais franchement, s'habiller comme ça pour partir en Forêt, quelle idée – et aurait peut-être des nouvelles. Mokou n'aimait pas demander de l'aide. Elle avait survécu jusqu'à maintenant sans trop en avoir besoin et comptait bien continuer.

Mais que l'Immortelle ait la mémoire qui flanche, c'était vraiment... bizarre...

Un instant, l’inquiétude la prenait.
L'instant suivant, elle se demandait : « mais à quoi penses-tu ? Il ne s'est rien passé. Rien du tout. Tu t'es levée, tu t'es battue et tu as oublié de manger, comme tous les jours depuis mille trois cent ans. »
Les voix dans sa tête le lui répétaient. Il ne s'était rien passé.
Sauf qu'hier, elle était presque sûre de ne pas avoir de voix dans sa tête.

Nécessité faisant force de loi, elle se résigna à discuter avec la petite fantôme – elle ne pouvait pas être humaine, pas avec ces yeux là.

« Minamitsu Murasa... » Sa voix était rauque, enrouée par la fatigue et la cigarette. C'était une voix de femme, mais qui avait perdu toute la douceur et l'élégance qu'on avait pu un jour y déceler. « Je m'appelle Mokou. ». Elle parlait lentement, comme si elle choisissait ses mots avec soin – c'était, en vérité, le cas. Mokou n'avait aucune intention de sympathiser. Elle ne sympathisait avec personne. Elle n'était qu'une ombre qui payait son crime par une expiation éternelle – sauf lorsqu'il s'agissait de se battre, où l'ombre redevenait cendre et où les cendres redevaient flammes, mais l'heure n'était pas au combat.

« Fujiwara no Mokou. Mokou du clan Fujiwara... Mais Mokou, ça ira. Vous n'êtes pas du Village. D'où venez-vous ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Minamitsu Murasa
Titre : Perdition of the Ghostly Ocean
Messages : 48
Date d'inscription : 05/04/2013
MessageSujet: Re: Suivre la fumée des bambous? [ Fujiwara no Mokou ]   Jeu 6 Juin 2013 - 20:18

Minamitsu apprécia la légère brise, bien qu'un peu humide, et ferma les yeux quelques instants pour s'échapper de cette forêt qui l'étouffait. Elle respira à fond sans aucun bruit, et soupira très légèrement, comme pour se gonfler de courage pour continuer le chemin.
Quand elle rouvrit les paupières, elle vit le visage de la jeune femme juste devant elle. Enfin, presque une tête au-dessus de sa casquette de capitaine tout de même : la Phénix était affreusement grande. Mais la fantôme ne se laissa pas dominer, croyant de prime abord qu'elle la toisait, et elle fronça légèrement les sourcils, incapable de prédire ce que cette jeune femme si étrange prévoyait de faire.

Cette dernière semblait réfléchir, bien qu'elle n'en laissait rien paraître, malgré ses yeux ardents fixés dans le vague. Minamitsu en profita pour observer d'un peu plus près sa guide, et s'aperçut qu'elle semblait sortir d'un combat, moult plaies et traces d'attaques régnant sur son corps. Elle avait l'air véritablement épuisée, et visiblement affamée.
Elle réfléchit quelques instants, et se demanda comment c'était, la fatigue. Elle, qui n'avait plus qu'un corps astral, un corps éthéré, une coquille qui contenait l'épave en perdition qu'elle était; et qui avait oublié ce qu'était la douleur, la faim et l'harassement, n'avait plus aucune conscience ni souvenir de cela. Mais elle savait que la plupart des humains étaient faibles face à tout cela, comme elle l'avait été il y a fort longtemps; bien que des exceptions de plus en plus nombreuses se montraient dans le camp de l'humanité. Comment s'expliquer que cette jeune femme fut d'une apparence si décharnée et restait aussi rayonnante de pouvoir et de respect?

"Minamitsu Murasa..."
La fantôme, tirée de ses pensées, sursauta. Elle ne s'attendait pas du tout à ce qu'elle l'ait écoutée, et encore moins qu'elle lui réponde. De plus, sa voix abîmée ressemblait plus à celle que pourrait avoir un animal, ce qui la surprit encore plus.
L'étrange personnage continua, très lentement, d'une façon très froide et tout en continuant d'avancer.

"Je m'appelle Mokou. Fujiwara no Mokou. Mokou du clan Fujiwara... Mais Mokou, ça ira. Vous n'êtes pas du Village. D'où venez-vous ?"

La fantôme fut légèrement déstabilisée. Alors elle s'appelait Mokou... Fujiwara, voilà un nom qui lui disait quelque chose; mais elle n'aurait pas su dire pourquoi. Elle resta silencieuse un moment, puis prit la parole d'une façon assurée, restant également distante dans ses paroles et sur ses gardes dans son attitude. Elle ne faisait pas vraiment confiance à cette Mokou, bien qu'elle ne sentait aucune animosité en elle à son égard.

"Ravie de faire votre connaissance dans ce cas, Fujiwara no Mokou.
En effet. Je ne suis pas humaine, du moins je ne le suis plus depuis très longtemps.
D'où je viens exactement serait un peu trop long et complexe à expliquer. Disons que j'appartiens au Temple Myouren qui s'est installé il y a quelques temps en Gensokyo, dont la compagnie est menée par notre bien-aimée moine Byakuren Hijiri. Je vous suggère d'aller vous adresser directement à elle pour toute autre question par rapport au Temple Myouren."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://purple-scales.tumblr.com/
avatar
Fujiwara no Mokou
Titre : The Crimson Watchguard
Messages : 26
Date d'inscription : 21/05/2013
MessageSujet: Re: Suivre la fumée des bambous? [ Fujiwara no Mokou ]   Sam 8 Juin 2013 - 15:27

La Forêt semblait se poursuivre à l'infini. Des bambous de toutes sortes s'offraient à la vue des visiteurs. L'uniformité de leurs tons verdâtres avait quelque chose de vertigineux, de nauséeux, de désagréable. L'air s'était un peu rafraîchi, mais l'atmosphère restait étouffante.
Sarcophage de verdure, prison naturelle, piège à nul autre pareil pour tous les dérouter, et d'Eientei les éloigner, au Manoir de l’Éternité où les Lapins s'ébattent.

La luminosité commençait à baisser ; mais on apercevait, dans le lointain, de très faibles lumières qu'on venait d'allumer. Mokou marchait franchement dans leur direction.

Elle se tourna à moitié vers la Capitaine lorsqu'elle lui répondit entre deux bouffées de cigarette ; les convenances n'étaient décidément pas son genre.

« Les Humains et les Yôkais ne peuvent pas cohabiter en paix. Toutes les entreprises visant à les réunir sont vouées à l'échec. » Nulle trace de moquerie ou d'inimité dans sa voix. Au contraire, son ton sonnait un peu las, comme s'il s'agissait d'une problématique qu'elle avait déjà envisagée il y a bien longtemps et pour laquelle elle n'avait pas trouvée de solution.

Il y lui avait fallut un certain temps pour se remettre Byakuren Hijiri en mémoire ; après tout, plusieurs siècles avaient passé depuis son emprisonnement dans les profondeurs.
Et à ce moment-là, Mokou n'était pas vraiment au fait de l'actualité : elle ne pensait qu'à détruire et à brûler tout ce qui se présentait à elle, sans se préoccuper de ce qui pouvait bien se passer dans d'autres parties du monde. Mais les nouvelles du retour de la moniale avaient fini par atteindre le Village et Eientei ; et Keine lui avait fait tout une leçon là-dessus.

Ainsi, le nom de la magicienne et de son temple lui étaient connus, même si elle ne s'éloignait jamais assez de la Forêt pour en avoir fait la rencontre.

Cela n'aurait eu, de toute façon, aucune incidence sur son opinion : on ne l'appelait pas le Village des Humains pour rien. C'était le seul endroit de Gensokyo où ils pouvaient vivre en sécurité, alors que les Youkais les massacraient librement partout ailleurs.
Massacrer des Humains rendait triste Keine, et tout ce qui attristait Keine avait le don d'énerver Mokou. Elle exterminait donc tous les Youkais qui lui passaient sous la main, sans forcément tenir les Humains en plus haute estime. Mais le fort doit protéger le faible, c'était là son idée de la justice.

... Pourquoi lui avait-elle demandé d'où elle venait, au fait ? Elle n'en avait cure. Ah, si. L'incident. L'incident ? Quel incident ? Mokou sentit sa mâchoire se crisper. Voilà que ça recommençait. Que faire ? Tout cela lui donnait horriblement mal à la tête, et il était hors de question qu'elle aille se faire soigner par l'autre pimbêche avec ses flèches, ou que Keine s’aperçoive de son trouble. Keine ! Oui, elle devait parler à Keine. Parler de quoi ? De l'incident. Quel incident ? Ah, oui, l'incident. Mais elle était pour l'instant coincée avec cette petite fantôme en habit marin. Qui venait de loin. Et qui pouvait donc peut-être la renseigner. Ah oui, c'était sûrement ce qui était entrain de se passer.

« Que savez-vous sur ce qui s'est passé hier ?» Demanda-t-elle avec une nouvelle vivacité dans la voix.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Minamitsu Murasa
Titre : Perdition of the Ghostly Ocean
Messages : 48
Date d'inscription : 05/04/2013
MessageSujet: Re: Suivre la fumée des bambous? [ Fujiwara no Mokou ]   Sam 8 Juin 2013 - 19:56

La nuit tombait petit à petit, recouvrant les dernières lueurs du soleil d'un voile bleu marine. La lune était presque pleine derrière elles, et répandait une lumière qui devenait verte dans cette végétation omniprésente. Minamitsu apprécia les quelques brises fraîches qui la caressaient de temps en temps, mais elle supportait de moins en moins cette cage labyrinthique, dont les bambous lui semblaient des barreaux.
Elle observait du coin de l’œil sa guide, qui semblait toujours aussi sûre de son chemin. Mais comment faisait-elle pour se repérer dans cet enfer vert?

Elle continuait de porter ce bâton de feu à sa bouche, qui s'illuminait et lui faisait cracher de la fumée. C'était très intriguant pour Minamitsu, qui se demandait à quoi ce petit cylindre servait. Peut-être un catalyseur de magie? Une sorte de radar qui brillait plus ou moins intensément en fonction de sa direction?

D'un coup, cette mystérieuse Mokou se retourna vers elle et lâcha :

"Les Humains et les Yôkais ne peuvent pas cohabiter en paix. Toutes les entreprises visant à les réunir sont vouées à l'échec."

Minamitsu se raidit. Elle ne décelait aucune méchanceté dans sa phrase, et pourtant elle l'agaça prodigieusement. Quiconque remettait en cause l'intégrité et le succès des actions de sa moine ne s'attirait pas ses faveurs. Elle ne voulait pas s'énerver, se disant que l'opinion de chacun est digne de respect, mais elle ne pouvait s'empêcher de trouver son raisonnement hâtif. Elle avait compris le but de Byakuren comme n'était pas de rassembler de force Humains et Yôkais, mais de les amener tous vers un chemin de pensée illuminateur afin que tous puissent vivre ensemble, se rendant compte de leurs erreurs respectives.
Elle savait au fond d'elle même que l'entreprise était difficile. Mais après tout, n'était-elle pas elle-même une preuve vivante -ou presque- de la réussite de ce projet? Ne fut-elle pas tueuse réputée d'êtres humains, autrefois ? Combien d'âmes a-t-elle prise dans sa folie de vengeance, et combien d'âmes qu'elle aurait pu prendre a-t-elle épargnés depuis, grâce aux enseignements et à la bonté de la moine? Non. Elle ne pouvait accepter une remarque aussi facile. La capitaine serra les mâchoire, et s'apprêta à rabattre son caquet à cette femme.

"Que savez-vous sur ce qu'il s'est passé hier?", reprit l'albinos.

Hier... Ce qu'il s'est passé hier? Elle fronça les sourcils sans comprendre. De quoi parlait-elle? Quel incident?
Elle chercha dans sa mémoire ce qui put lui sembler étrange. Elle ne se rappela de rien; c'était une journée paisible au temple. Elle avait assisté à la récitation de sutras comme chaque jour, bu le thé avec sa compagnie, cherché Nue qui manquait à l'appel, repris ce cadavre ambulant qui effrayait les humains, et...
Non, il y avait quelque chose. Au crépuscule, Byakuren était revenue, affolée, et s'était retirée dans le temple sans dire mot, puis l'avait chargée d'aller chercher des médicaments. Les mêmes qu'elle était sur le point d'acheter en ce moment même.
Elle oublia totalement ce qui l'avait froissée plus tôt. Peut-être que ce qui avait inquiété la moine était bien plus important que ce qu'elle pensait, peut-être que cette femme étrange savait quelque chose à propos de ça? Elle semblait elle aussi un peu étrange en évoquant cet incident qu'elle ne connaissait pas.

"Je ne sais rien sur cet incident que vous évoquez, cependant notre moine revint dans un état inhabituel hier, c'est d'ailleurs elle qui m'envoie acheter des médicaments à Eientei.
Que savez-vous? Pensez-vous que quelque chose de grave s'est passé hier? Je ne suis pas en Gensokyo depuis très longtemps, mais depuis assez de temps pour savoir que les choses traînent, jusqu'à ce que quelque chose de mauvais se produise en très peu de temps sans avertissement.


Tiens, d'ailleurs... Elle réfléchit sur ses propres paroles. "Notre moine revint dans un état inhabituel", mais d'où revenait-elle? La capitaine qui avait pourtant une bonne mémoire ne pouvait se souvenir ni quand ni où Byakuren s'était absentée. Il faudra qu'elle l'évoque à la moine en rentrant, elle ne pouvait s'expliquer cette perte de mémoire soudaine...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://purple-scales.tumblr.com/
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Suivre la fumée des bambous? [ Fujiwara no Mokou ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Suivre la fumée des bambous? [ Fujiwara no Mokou ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le cake au saumon fumé
» Suivre ses origines
» Fumées des réacteurs dorsaux
» ? Toiles d'araignées et fumée...
» Un example a suivre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques de Gensokyo :: Gensokyo :: » Forêt de Bambou.-